Navigation – Plan du site
Varia

La muse latine et la muse vulgaire. André Alciat et la poésie italienne de son temps

Thomas Penguilly
p. 165-206

Extrait du texte

Ce document sera publié en ligne en texte intégral en octobre 2017.

Plan

Un projet éditorial avorté
La mère des langues et la langue de la mère : la question du bilinguisme
L’empreinte milanaise
La trace ferraraise
Descriptions impertinentes: de Properce à Burchiello

Aperçu du texte

La critique, ancienne comme récente, a déjà mis au jour bien des traces de la culture italienne de son temps dans l’œuvre de l’humaniste milanais André Alciat (1492-1550), en particulier dans son Emblematum liber,y débusquant notamment l’influence notable de ce vaste mouvement de redécouverte de l’Antiquité gréco-romaine à l’œuvre dans l’Italie de la Renaissance, à l’origine de la création de formes nouvelles par les Modernes. Il faut bien reconnaître toutefois que le lecteur se voit souvent contraint de lire les Emblemata comme il lirait le recueil de quelque poète antique égaré en plein XVIe siècle plutôt que comme un héritage de la culture italienne de la fin du Quattrocento et du début du Cinquecento. À n’en pas douter, la faute en revient à ce que l’on pourrait nommer un habitus philologique, un mode de lecture des épigrammes alciatiques laissé en héritage – oserons-nous dire quelque peu biaisé? – par les commentaires anciens de Claude Mignault, Francisco Sánchez de las Brozas,...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Thomas Penguilly, « La muse latine et la muse vulgaire. André Alciat et la poésie italienne de son temps », Italique, XVII | 2014, 165-206.

Référence électronique

Thomas Penguilly, « La muse latine et la muse vulgaire. André Alciat et la poésie italienne de son temps », Italique [En ligne], XVII | 2014, mis en ligne le 01 octobre 2017, consulté le 28 juin 2017. URL : http://italique.revues.org/393 ; DOI : 10.4000/italique.393

Haut de page

Droits d’auteur

© Tous droits réservés

Haut de page