Navigation – Plan du site

Giraldi Cinzio : un homme de cœur pris dans la tourmente de la cour de Ferrare de l’Altile à l’Arrenopia

Irene Romera Pintor
p. 111-130

Extrait du texte

Ce document sera publié en ligne en texte intégral en octobre 2018.

Aperçu du texte

« O saeculum ! O litterae ! Iuvat vivere [...] Vigent studia, florent ingenia ».Ce cri jubilatoire d’Ulrich von Hutten « Ô siècle, ô lettres, quelle jouissance de vivre ... les études fleurissent, les esprits brillent » résonne à travers toute l’Europe en ce début du XVIe siècle qui vit avec un émerveillement toujours renouvelé l’éclatement des limites du monde connu jusqu’alors, qui découvrit des paysages grandioses, exubérants, peuplés d’hommes étranges, remplis de mystère, et qui éprouva encore et surtout l’éblouissement de la parole multipliée par l’imprimerie, l’enthousiasme exaltant d’une pléiade de jeunes poètes et philosophes puisant à pleines mains dans les trésors redécouverts de Rome et d’Athènes. Oui, tous se reconnaissent dans l’ivresse des paroles de von Hutten, dans la joie de l’étude, la griserie des nouvelles trouvailles. Cependant dès 1517, des lueurs sinistres se projettent sur ce bel horizon. Un « petit moine » nommé Luther allume le feu en affichant ses 95 thèse...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Irene Romera Pintor, « Giraldi Cinzio : un homme de cœur pris dans la tourmente de la cour de Ferrare de l’Altile à l’Arrenopia », Italique, XVIII | 2015, 111-130.

Référence électronique

Irene Romera Pintor, « Giraldi Cinzio : un homme de cœur pris dans la tourmente de la cour de Ferrare de l’Altile à l’Arrenopia », Italique [En ligne], XVIII | 2015, mis en ligne le 01 octobre 2018, consulté le 25 avril 2017. URL : http://italique.revues.org/410 ; DOI : 10.4000/italique.410

Haut de page

Auteur

Irene Romera Pintor

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Tous droits réservés

Haut de page