Navigation – Plan du site
Conférence Barbier-Mueller 2014

La descriptio puellæ dans la poésie italienne de la Renaissance : quelques notes pour une nouvelle approche

María de las Nieves Muñiz Muñiz
p. 187-218

Extrait du texte

Ce document sera publié en ligne en texte intégral en octobre 2018.

Plan

La bouche entrouverte : perles et rubis
Les yeux sereins
Le miroir

Aperçu du texte

Aimer la perfection parce qu’elle est le seuil,

Mais la nier sitôt connue, l’oublier morte
YVES BONNEFOY, L’imperfection est la cime, vv.5-6


Dans ses Ritratti écrits en 1514 et publiés dix ans plus tard, Giovan Giorgio Trissino, pour démontrer la superiorité de la poésie sur la peinture, fait un portrait d’Isabelle d’Este. La description prend Pétrarque pour modèle suprême, selon le critère fixé par l’interlocuteur principal du dialogue, Pietro Bembo :

ma noi il nobilissimo di tutti i pictori Messer Francesco Petrarca chiameremo, e a questa impresa a fare il daremo ; il quale primariamente colorirà le chiome, come fece quelle della sua Laure, faccendole d’oro fino, e sovra or terso bionde, et il volto farà di calda neve, o più tosto di quelle candide rose, con vermiglie in vasel d’oro. Le labra parimente di rose vermiglie, e le ciglia di ebano togliendo, il bel, dolce suave, bianco, e nero de gli occhi a due lucidissime stelle assembrando, con quel non so che dentro, che in un punto,...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

María de las Nieves Muñiz Muñiz, « La descriptio puellæ dans la poésie italienne de la Renaissance : quelques notes pour une nouvelle approche », Italique, XVIII | 2015, 187-218.

Référence électronique

María de las Nieves Muñiz Muñiz, « La descriptio puellæ dans la poésie italienne de la Renaissance : quelques notes pour une nouvelle approche », Italique [En ligne], XVIII | 2015, mis en ligne le 01 octobre 2018, consulté le 23 juillet 2017. URL : http://italique.revues.org/418 ; DOI : 10.4000/italique.418

Haut de page

Droits d’auteur

© Tous droits réservés

Haut de page