Navigation – Plan du site

Présentation

La revue Italique est consacrée à l’étude de la poésie italienne de la Renaissance dans la période qui va de Pétrarque à l’âge baroque. Un véritable âge d’or, si l’on songe à l’archétype des Rerum vulgarium Fragmenta et aux canzonieri du XVIe siècle, mais aussi une époque pleine de contradictions, quand on pense au conflit du vulgaire avec l’humanisme latin au cours du « siècle sans poésie », de la mort de Pétrarque à Laurent le Magnifique. Le Tasse, Chiabrera et le Cavalier Marin, à la fin du XVIe siècle, ébranlent la toute-puissance des modèles classiques en procédant à la liquidation de l’idéal pétrarquiste. Cette poésie italienne, en latin et en langue vulgaire, a représenté des siècles durant la poésie par excellence et a constitué pour tous un modèle. Son intense maniérisme, la cadence harmonieuse de son style, qui faisaient autrefois son prix, la tiennent à l’écart du goût contemporain, si friand d’originalité.

Une relecture moderne de cet extraordinaire patrimoine s’impose et Italique y contribue. Le titre de la revue fait référence au caractère typographique (inventé par Aldo Manuzio) le plus en vogue au XVIe siècle italien. Et il trouve un support idéal dans la merveilleuse collection de livres rares qui forme le noyau de la Fondation Barbier-Mueller pour l’étude de la poésie italienne de la Renaissance, instituée en 1997 auprès de la Faculté des lettres de l’Université de Genève. Les pages de la revue sont ouvertes aux spécialistes, aux maîtres reconnus et aux jeunes chercheurs, avec des contributions en italien, en français, ou en anglais.

Dernier numéro en ligne
XVI | 2013